BAKHITA veux dire CHANCE (La chanceuse)

Ce  prénom elle recevra par Ses ravisseurs . Bakhita est née au Sud Soudan vers 1869 dans une famille de huit enfants, de la tribu nubienne des Dagiù; elle passe ses premières années à Olgossa, petit village du Darfour près du Mont Agilerei  Elle est encore toute petite quand sa sœur aînée est enlevée par des trafiquants d'esclaves?  Elle n'est jamais revenue. Bakhita était traînée pendant de longs jours, à marche forcée avec d'autres personnes qui, comme elle, seront vendues comme esclaves.  À cinq reprises, elle sera achetée puis revendue sur les marchés d'El-Obeid et de Khartoum.  Elle servira plusieurs maîtres durant une douzaine d'années, au milieu d'indicibles souffrances. Chez l'un d'eux, particulièrement cruel, Bakhita est battue chaque jour jusqu'au sang; chez un autre, elle est soumise au tatouage réservé aux esclaves. L'opération consiste à tracer avec une lame de rasoir des dessins sur la poitrine et le ventre. De tous ces mauvais traitements, elle gardera pour le reste de sa vie 144 cicatrices. Bakhita est achetée, en 1883, par le Consul d'Italie à Khartoum, Callisto Legnani. Elle racontera: «Le nouveau maître était assez bon et il se prit d'affection pour moi... Je n'eus plus de réprimandes, de coups…En 1885, Bakhita entre dans une nouvelle famille, les Michieli.  Elle apprend à connaître Dieu que depuis son enfance elle sent dans son cœur. Elle écrira un jour: «Voyant le soleil, la lune et les étoiles, je me disais en moi-même: «Qui est donc le Maître de ces belles choses?» Et j'éprouvais une grande envie de Le voir, de Le connaître et de Lui rendre mes hommages». 

Bakhita est morte 8 février 1947a Schio Italie.